Rohdetherm

Adoucir

Selon la norme DIN 17014:
réchauffement après trempe, transformation à froid ou soudage préalable à température comprise entre la température ambiante et le point de transformation inférieur Ac1 et maintien à cette température avec refroidissement ultérieur et concordant avec la finalité.

Après la trempe, on obtient un treillage fortement contraint. C’est ce qui détermine la dureté de l’acier. Si on réchauffe la martensite, les atomes de carbone contenus dans la solution forcée retrouvent une certaine mobilité. Une partie peut se scinder et commence à former des carbures finement répartis. À partir d’env. 100 °C, il se forme d’abord du Fe2C, c’est-à-dire du carbure ε.

La contrainte du treillage est un peu plus faible, la dureté est alors réduite. Au-dessus de 250°C, le carbure ε mute lentement en cémentite Fe3C et lorsque la température monte, les précipitations de Fe3C coagulent. La dureté diminue, la ténacité augmente. Par ailleurs, avec les aciers non alliés et faiblement alliés, l’austénite résiduelle change à partir de 230 °C et se transforme en martensite au refroidissement.

Avec les aciers fortement alliés (acier de travail froid, chaud et rapide) l’austénite résiduelle ne se dissout qu’au-delà de 500°C. Avec de tels aciers, on peut obtenir une plus grande dureté par adoucissement à une température appropriée.

Normalement l’adoucissement conduit à une baisse de la dureté et une augmentation de la ténacité. On connaît cependant deux plages de températures dans lesquelles la ténacité baisse aussi. La fragilisation du bleu entre env. 250 et 300°C et avec des aciers alliés au chrome, au nickel et au manganèse avec une fragilisation d’adoucissement entre 450 et 550°C. L’ajout de molybdène et la baisse de la teneur en phosphate sous 0,01% peut atténuer la fragilisation d’adoucissement voir la résorber. Lors des procédures d’adoucissement, la température joue un rôle important mais aussi le temps. Une durée de maintien minimale doit être respectée. C’est pourquoi dans la plupart des diagrammes d’adoucissement, on donne toujours la durée d’adoucissement comme paramètre.

Modifications des propriétés dues à l’adoucissement :

  • Modification de la dureté et de la solidité
  • Augmentation de la capacité de déformation
  • Baisse de la tension propre
  • Baisse du risque de fissuration
  • Baisse de la quantité d’austénite résiduelle
  • Modification de la masse et évent. de la forme